Le nouveau multi Lalou Roucayrol, séduisant et efficace

© Delphine Trentacosta / Team Lalou Roucayrol

08.06.2013. Le skipper girondin est confiant avant le départ, demain, de la course par étapes en équipage, la Route des Princes.

Sur les quais de Valence, il attire les regards. On scrute « Arkema-Région Aquitaine », l’un des bateaux au départ de cette nouvelle course européenne (1). Parce que ce trimaran de 50 pieds est l’un des plus récents de la flotte, et parce que ce nouveau venu, signé Guillaume Verdier, Benjamin Muyl et Romaric Neyhousser, comporte de réelles innovations.

“Beaucoup de regards convergent vers la machine, c’est certain », commentait Lalou Roucayrol, joint hier au téléphone. « On nous demande aussi des informations techniques sur la position des flotteurs. Est-ce que ça ne bascule pas trop, parce que c’était le risque avec ces nouveaux éléments d’avoir un effet cheval à bascule. On nous interroge également sur le système de barre, assez révolutionnaire, sur son fonctionnement, en fait assez simple.”

Le navigateur girondin et son équipe ne font pas de mystères. “On répond, on n’est pas là pour cacher mais pour faire partager. Et puis ce n’est pas parce qu’un système est connu qu’il est partagé. Si certains veulent s’en inspirer, ils le feront sur des nouveaux bateaux et, d’ici là, on aura progressé nous aussi.”

Séduisant, observé, « Arkema » l’est d’autant plus qu’il marche très bien sur l’eau. “Avant le départ de demain, on dispute des régates de démonstration, pour les journalistes et les sponsors aussi. Jeudi, nous avons fait jeu égal avec les références de notre classe, « Actual » d’Yves Le Blévec, et « FenêtréA – Cardinal”, d’Erwan Le Roux. On était en tête à la première bouée, à la deuxième et on se fait reprendre sur une manœuvre mal exécutée, on s’est un peu affolés », raconte Roucayrol, qui ne voit à cet entraînement que du positif.

“C’est la première fois qu’on naviguait tous ensemble. Ces régates sont bonnes pour nous régler, car il faut décider et exécuter les manœuvres à la volée. En course au large, on aura plus de temps.

L’essentiel, souligne Lalou Roucyarol, c’est qu’à chaque fois qu’on sort, on s’améliore, et on a encore une marge de progression importante. On peut jouer avec les meilleurs de la catégorie, ce sera le but sur la Route des Princes d’ailleurs. Je n’ai pas d’objectifs de place, même si gagner une étape serait top. On veut continuer à monter en puissance.

(1) Cinq multis de 50 pieds et quatre Mod 70, dont le « Spindrift » du Rochelais Yann Guichard sont au départ. La première étape part demain à 15 heures vers Lisbonne. Trois autres suivront jusqu’à l’arrivée finale à Morlaix le 30 juin.

Plus d’informations :

Autre article : Seahorse Magazine >>

Source. SudOuest.fr

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.