Vendée Globe: en quête de performance, “les bateaux sont devenus violents”

Toujours plus affutés, les voiliers au départ du tour du monde en solitaire sont devenus des concentrés de technologie, réalisés sur mesure. Mais pour remporter la victoire, il faut accepter de piloter des bateaux “invivables” raconte l’architecte naval Guillaume Verdier.

Ils seront 33 sur la ligne de départ ce dimanche. Tous des IMOCA, fleuron des monocoques, prêts à en découdre au sein d’une des plus célèbres courses au large, le Vendée Globe, dont le départ est annoncé pour 13h, ce dimanche, depuis les Sables-d’Olonne.

33 concurrents qui espèrent faire le tour du monde en solitaire en moins de 80 jours pour entrer dans le petit cercle des marins les plus rapides de cette course. Le record (74 jours et 3 heures) a d’ailleurs été battu par Armel Le Cléac’h lors de la dernière édition, preuve de l’efficacité toujours plus impressionnante des nouveaux monocoques.

“Invivables”

Car si le skipper est le facteur déterminant pour la victoire, le bateau est aussi devenu un condensé de technologie, toujours plus efficace pour dompter les vagues. “Cela revient à descendre un champs de bosses, sans savoir d’où viendra la prochaine bosse” résume l’architecte naval Guillaume Verdier.

Installé en Nouvelle-Zélande, il peut se targuer d’avoir participé à la fabrication de douze bateaux actuellement sur la ligne de départ. Ses deux dernières créations, Apivia (skippé par Charlie Dalin) et LinkedOut (skippé par Thomas Ruyant) font même partie des favoris. Deux bateaux flambant neufs, capables de filer à 15 nœuds de moyenne, mais pourtant différents car réalisés sur mesure pour les marins à la barre.

“Réaliser un bateau, c’est trouver le bon équilibre entre plusieurs critères : sécurité, performance, fiabilité, prix et ergonomie” explique Guillaume Verdier. “A chaque fois qu’on prend une décision, on doit tenir compte de ces critères. Et le marin doit s’approprier les décisions.”

En fonction de sa taille, de ses habitudes, de ses qualités, le voilier doit lui faciliter la vie en gardant en tête de réduire le poids total pour gagner en vitesse et surtout de rester dans une fourchette de prix déterminée.

GROIX, FRANCE – AUGUST 28: French skipper Charlie Dalin is training on APIVIA for the Vendee Globe sailing race off Groix, France, on August 28, 2020. (Photo by Jean-Marie Liot/Alea- agence Disobey)

Aujourd’hui les bateaux sont réalisés en carbone, aussi résistant que l’acier mais bien plus léger, avec une coque réalisée avec une structure alvéolaire (type nid d’abeille) pour améliorer encore la résistance sans alourdir la structure. “En réalité, cela n’a pas tellement changé depuis mes débuts en 1996” indique l’architecte naval.

Pourtant, les performances n’ont plus rien à voir: le vainqueur du Vendée Globe de 1996 a mis un mois de plus (105 jours) pour boucler son tour du monde. “Aujourd’hui, on utilise des logiciels, des algorithmes, de l’intelligence artificielle pour concevoir les bateaux” explique Guillaume Verdier dont l’équipe développe ses propres outils pour améliorer encore le dynamisme et permettre au marin d’exprimer pleinement son potentiel grâce aux simulations réalisées en amont.

Contrepartie de ce dynamisme : “les bateaux sont devenus violents. Ils sont assez invivables” reconnaît Guillaume Verdier. “Cela revient à concevoir un avion mais dans un environnement moins maitrisable.”

L’architecte n’est d’ailleurs pas le seul concepteur. Le favori désigné par de nombreux observateurs, (Charal, skippé par Jérémie Beyou) est l’œuvre du cabinet VPLP avec qui Guillaume Verdier a longtemps travaillé. Le britannique Alex Thomson, deuxième de la dernière édition du Vendée Globe, arrive avec un nouveau IMOCA, fruit d’une collaboration entre VPLP et l’équipe du skipper. Le néo-zélandais Bruce Farr, le britannique Owen Clarke ou encore les Français Jean-Marie Finot et Pascal Conq alignent aussi de nombreux bateaux sortis de leur étude pour cette course. Le reste est donc une affaire de marin.

Des bateaux volants

Et pour l’avenir, des améliorations sont encore attendues. “Le skipper c’est un peu le plafond de verre” expliquait Thomas Ruyant dans Ouest France. Les architectes ne manquent pas d’idée, comme l’ajout de nanomatériaux (encore interdit au Vendée Globe pour éviter de favoriser les nouveaux bateaux) qui apportent de la résistance à la résine.

Les outils de pilotage automatique, toujours plus poussés, sont aussi un atout pour grappiller du temps.  Un IMOCA gère en temps réel des centaines données différentes pour maintenir la stabilité du bateau, éviter le chavirement ou la collision avec un obstacle. “Sur un tour du monde, cela représente 37 milliards de données” indique ainsi Olivier Douillard, fondateur de l’entreprise bretonne AIM45, dans un communiqué. Seul problème: au milieu de l’océan, les capteurs peinent parfois à attraper un signal…

Enfin, la généralisation des foils, ces sortes d’ailes latérales qui font décoller la coque, est aussi un facteur d’amélioration. Leur taille s’est nettement aggrandie et ce sont les bateaux les mieux équipés qui peuvent vraiment prétendre à la victoire. “Bientôt, tous les bateaux voleront complètement” promet Guillaume Verdier, qui fût un precurseur du foil dans la classe IMOCA. A défaut de s’envoler totalement, les “foilers” prendront le vent pour tenter de boucler le tour du monde. Un premier objectif déjà hors norme.

 

Source: Thomas Leroy pour BFM.tv