Mise à l'eau du 60 pieds imoca MACIF
La mise à l’eau du open 60 MACIF avec François Gabart

16.08.2011. En regardant le monocoque MACIF toucher l’eau en ce mardi 16 août, François Gabart, Skipper Macif, l’équipe technique et ses partenaires étaient remplis d’émotion et heureux du travail accompli.

Prendre la décision de construire un bateau neuf, à moins de deux ans du prochain Vendée Globe, était audacieux. Le groupe Macif a su s’entourer des experts de l’équipe de Mer Agitée et du chantier CDK pour mener à bien la construction du dernier-né de la famille des IMOCA.

Cinq heures du matin à Port-la-Forêt. Le jour ne s’est pas encore levé que déjà tous les membres du team MACIF, assistés des équipes techniques de Mer Agitée et du chantier CDK, sont à pied d’œuvre. Marée oblige, la mise à l’eau du monocoque doit s’effectuer dès les premières heures de la matinée. Le tirant d’eau du monocoque de Macif oblige en effet à ne pas traîner.
Dès six heures du matin, le grand ballet est en route. Le monocoque est positionné sur un ber juste au dessus de la quille, solidement arrimé dans la fosse de Port-la-Forêt. Commence ensuite un jeu de précision pour positionner la quille du monocoque dans son logement.

A peine l’opération achevée, le bateau est pesé sous le contrôle du jaugeur de la classe IMOCA venu pour l’occasion. Puis c’est la mise à l’eau proprement dite avant le test de retournement à 180°, un moment toujours légèrement angoissant. En combinaison de survie, François Gabart se hisse, comme le demande le règlement, depuis la trappe du tableau arrière sur le pont du bateau retourné. Une fois revenu à l’intérieur du bateau retourné, François, rejoint par Sébastien Col*, actionne la quille du monocoque qui prend de l’angle, avant de retomber sur ses pattes dans une gerbe d’éclaboussures. Le monocoque MACIF a réussi son premier examen de passage. Viennent ensuite le mâtage, puis la mise au point du gréement avant d’enchaîner dans l’après-midi par les différents contrôles de jauge.

Pour toutes les équipes techniques impliquées, c’est un moment fort de la vie du bateau. Pour certains, c’est comme un aboutissement quand d’autres vont prendre le relais sur les phases de mise au point et d’optimisation des performances. Dès demain, devraient commencer les premiers essais en mer : François Gabart et Sébastien Col entreprendront d’apprivoiser la bête, de se familiariser avec les subtilités d’un bateau que Denis Juhel, chargé du suivi de la construction, qualifie lui-même de racé. Puis viendra la qualification obligatoire pour la Transat Jacques Vabre avant le départ pour Le Havre vers la mi-octobre.

Ils ont dit:

François Gabart, Skipper Macif
Premières sensations
« Ca fait du bien, c’est rassurant de voir le bateau mâté, bientôt prêt à naviguer. On va maintenant passer à autre chose : la phase de chantier était très intéressante, mais on va entrer dans un autre mode de fonctionnement où on va devoir naviguer beaucoup. C’est quand même un gros chantier qui vient de se terminer entre l’équipe CDK, celle de Mer Agitée et du team MACIF, on doit être aux alentours de 40 000 heures de travail. »
Le numéro du bateau
« On a choisi le n°301. Quand j’étais jeune, j’ai eu deux Optimist. Le premier portait le n° 101 et le second le 301. A l’époque, notre équipe régionale était déjà soutenue par la Macif. Lors de la Barcelona World Race, je naviguais sur le n°101 de Michel Desjoyeaux. Donc, c’était un double clin d’œil de choisir le 301… »

Denis Juhel, Chargé du suivi de la construction du bateau
« Neuf mois, c’est un délai raisonnable. C’était le terme qu’on s’était fixé et on a respecté les délais à trois ou quatre jours près. On aurait pu prendre un peu plus de temps, mais il faut aussi savoir faire des choix à un moment. D’avoir bénéficié de l’expérience de Foncia 2 était évidemment un plus. Après, on n’a pas fait deux bateaux identiques. On a profité des retours de la Barcelona World Race pour modifier des choses. Et puis, il y a l’adaptation nécessaire que nous devons avoir vis à vis de chaque navigateur, il faut que le marin s’y retrouve. On a fait un beau bateau et c’est un plaisir de savoir qu’on le met dans les mains d’un skipper de très haut niveau.»

Jean-Bernard Le Boucher, Directeur du projet IMOCA à la Macif
« C’est un moment très émouvant. Cette journée concrétise la volonté du groupe Macif d’aller au-delà des actions déjà réalisées depuis plus de 25 ans dans l’univers maritime et plus récemment dans celui de la course au large avec la sélection Skipper Macif. Le Groupe a décidé de confier à François Gabart, jeune et très talentueux, la conduite de son projet autour d’un monocoque IMOCA. Le fait de construire un bateau neuf, c’est tout d’abord la volonté d’écrire une véritable histoire commune. C’est aussi s’inscrire dans un vrai défi technologique. L’innovation est pour le groupe Macif une pierre essentielle de notre philosophie. »

Fiche d’identité du 60 pieds MACIF
Nom officiel : MACIF
N° : 301
Port d’attache : Port-la-Forêt
Architecte : VPLP/Verdier
Chantier : CDK Technologies/ Mer Agitée
Matériaux : nomex / carbone
Date de mise à l’eau : 16 Août 2011
Longueur : 18,28m
Hauteur du mât : 29m
Déplacement : 7,7 tonnes
Poids du lest : 3600 kg
Type de gréement : mât aile
Dérives : 2
Type Quille : mécano-soudée
Ballasts : 8 réservoirs (2×4), 5000 litres par côté
Surface de voilure au près : 340 m2
Surface de voilure au portant : 570 m2
Source de production d’énergie à bord : génératrice moteur & hydrogénérateur

Descriptif Open 60 Macif >>

Source. http://www.francois-gabart.com

Vidéo : Aout 2011 : Mise à l’eau Imoca Macif V2 par francoisgabart

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.