For humble heroes, l’ancien 60 pieds de Kito de Pavant sera sur le départ de la route du Rhum 2014

Fruit d’un projet « Imagine » né à Bondues et parrainé par deux cents entreprises, dont plus de la moitié de la région, le bateau « For humble heroes » est engagé à la Route du Rhum : départ le 2 novembre…

Sources : Nordeclair

Le Bateau : 

Conçu par le cabinet VPLP et l’architecte Guillaume Verdier, For humble heroes est l’ancien Groupe Bel, mis à l’eau en 2007, après plusieurs mois de construction au chantier Indiana Yachting, en Italie. Ce bateau en carbone sandwich, léger, planant et maniable en solitaire, comme ceux de la génération de l’époque, est le plus « vivable » possible.

À son bord, Kito de Pavant connut deux abandons dans les Vendée Globe 2008 (démâtage) et 2012 (collision avec un chalutier), trois participations à Transat Jacques Vabre, dont une deuxième place en 2009.

Ce monocoque long de 18,28 m, large de 5,50 m est muni d’une quille pivotante. Son déplacement est de huit tonnes. Il dispose d’un mât de 28 m, d’une voilure au près (face au vent) de 321 m2 et de 571 m2 au portant.


 

La route est longue. Surtout lorsqu’il s’agit de tirer des bords face au vent. Mais sur terre, au moment de la naissance d’un projet, il faut aussi s’armer de patience et tenir bon la barre.

François Bouy, 51 ans, a été bercé par la mer. «  Mon père a toujours eu des bateaux. » Il codirige une société, sise à Bondues, spécialisée dans la distribution de fournitures pour l’agencement et l’ameublement (LMC Group), qui emploie 220 personnes. C’est un sportif. Plus encore, un chef de bande. Et lorsqu’il rencontre Armel Tripon, skipper nantais de 39 ans sans bateau, à la recherche de sponsors, une idée germe…

«  Le sport véhicule bien les valeurs auxquelles nous croyons. Avec quelques amis, nous avons eu l’idée de fédérer des associés. Au total, deux cents… Parmi eux, 140 personnes, des entrepreneur passionnés, sont du Nord, et surtout de Lille – Roubaix – Tourcoing. »

François Bouy et Michel De Franssu, créent donc «Imagine», avec l’intention d’aligner un bateau de soixante pieds (18,28 m de long) sur la Route du Rhum (départ le 2 novembre), mais aussi la Transat Jacques Vabre en double (2015) et le Vendée Globe (2016).

Depuis les vacances d’été, Imagine a évolué. Il soutient maintenant une bonne cause. «  C’était l’incubateur. Le bateau a, depuis, été rebaptisé. Il portera le nom de For humble heroes(traduisez: « pour des héros anonymes »), initié par… le Projet Imagine qu’a créé Frédérique Bedos, une journaliste-écrivain, auteur de La petite fille à la balançoire, paru en 2013 et qui raconte sa propre histoire. Celle d’une petite fille placée dans une famille d’accueil, à Roubaix. »

C’est l’ancien Groupe Bel de Kito de Pavant, acheté en Italie pour la somme d’un million d’euros, que Tripon barrera. «  La coque du bateau sera neutre, fera juste référence au projet que nous soutenons. Maintenant, la place est aux entreprises qui aideront ce projet. Nous voulons montrer que l’on peut faire de belles choses, même dans ce contexte un peu pourri. L’ADN n’a pas changé. »


Le skipper

Armel Tripon est né le 11 août 1975 à Nantes. Il disputera la Route du Rhum pour la première fois de sa carrière. C’est aussi un nouveau venu en IMOCA, unités de 18,28 m qui prennent part au Vendée Globe, la course en solitaire autour du monde.

Ancien moniteur de voile des Glénans, il se lance dans la course au large en participant à la Mini-Transat 2001, course qu’il remportera deux ans plus tard sur un bateau de 6,50 m, datant de 1995 !

Il navigue ensuite durant huit ans sur le circuit Figaro Bénéteau, à bord de Gedimat, qui lui forgera une âme et un mental de compétiteur.

Navigateur sérieux, assoiffé d’apprendre, c’est un homme taillé pour la compétition au grand large. Son rêve ultime reste le Vendée Globe, «  cet Everest des mers que j’ai dans le sang  », dit-il.

Un projet, des hommes…

« Je suis un passionné de sport »… Pour preuve, il y a dix ans, François Bouy prenait part au Raid Gauloises, au sein d’une équipe nordiste. «  À l’époque, nous étions soutenus par vingt-sept entreprises. J’ai eu, après, un énorme vide. De 35 heures de sport par semaine, je suis passé à rien… »

Imagine est donc né en 2013. 200 associés, dont 103 chefs d’entreprise, mais aussi 51 jeunes Pas de doute, l’idée a fait son chemin. Mais depuis, la rencontre avec Frédérique Bedos, changement d’orientation : «  Nous étions à la recherche de talents ignorés du sport, nous voulons maintenant révéler les héros de la solidarité  », précise Xavier Crespin,

À Saint-Malo, le 2 novembre, au large de la pointe du Grouin, Armel Tripon mènera un bateau à la coque et aux voiles vierges. Imagine n’est plus, ou presque, mais son esprit est très vivace. «  Nous ferons simplement référence au projet que nous soutenons. Nous voulons créer une grande contagion  », conclut François Bouy. Un virus à partager…

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.