Guillaume Verdier intègre le Team New Zealand

America’s Cup. Guillaume Verdier a intégré le design team de l’une des plus légendaires équipes de voile au monde, Team New Zealand, en vue de la 34e Coupe de l’America qui se disputera sur des catamarans de 72 pieds gréés d’ailes rigides !

Propos recueillis par Julia Huvé / Ultra Violet

L’architecte français a eu un parcours fulgurant. Elève à Southampton et disciple de Finot-Conq, Guillaume Verdier a signé en son nom propre ou en collaboration avec d’autres designers les monocoques 60 pieds Safran, Groupe Bel, Paprec-Virbac 3, Foncia, PRB mais aussi plusieurs Class 40 ou encore le trimaran 50’ Actual.

L’architecte faisait aussi partie du design team de Areva Challenge, syndicat français pour la 32e America’s Cup. De son QG sur les bords du Golfe du Morbihan et avec ses fidèles complices, Verdier travaille depuis le printemps dernier au sein du Design Team de Emirates Team New Zealand pour la conception de l’AC72 kiwi. Nous l’avons croisé quelques minutes hier à Plymouth.

Comment as-tu intégré l’équipe ?
“En fait, j’ai eu de la chance. Le 60 pieds (monocoque) Virbac Paprec 3 de Jean-Pierre Dick (plan VPLP-Verdier) a été construit chez Coockson en Nouvelle-Zélande et je me suis bien entendu avec Mick Cookson. Le bateau a été mis à l’eau devant la base d’Emirates Team News. C’est là qu’ils m’ont « attrapé ». Le team savait ce que je faisais. Ils trouvaient que nos 60 pieds Open étaient des bateaux aboutis dans le détail et jugeaient intéressant d’intégrer des profils comme les nôtres. J’ai rejoint l’équipe en tant qu’architecte et mon équipe, constituée de Benjamin Muyl, Romaric Neyhousser et Hervé Penformis, a pu venir avec moi.”

Quel est votre rôle au sein du design team ?
“Nous consacrons une grosse partie de notre temps à la structure de la plateforme de l’AC72 et pour moi plus particulièrement sur les formes des coques. Nous avons aussi une vue globale sur l’ensemble de la conception. J’ai d’autres projets en cours mais Hervé est intégré 100% en Nouvelle Zélande et nous y allons tous environ 15 jours tous les deux mois.”

Quel regard portes-tu sur cette équipe capable de performer sur tous les supports à bord desquels elle navigue ?
“Franchement, ils se font surtout plaisir à naviguer. Ce sont des gamins. Ce n’est pas un mythe. Ils rigolent tout le temps. Les Kiwis sont aussi de gros bosseurs qui ne rechignent pas à la tache, tout le monde met la main à la patte. Ils ont également une démarche très expérimentale. Ils aiment essayer des choses, bricoler, chercher. Enfin, ils savent pardonner les erreurs ce qui est important je pense. Si ce sont des killers sur l’eau, ce ne sont pas des killers au niveau humain. Nous avons été vraiment très bien accueillis. Les Kiwis sont des gentils.”

Et où en êtes-vous ?
“La conception, ça ne s’arrête jamais et pour ce qui est de la construction, je n’ai rien le droit de dire….Ba oui, on joue le jeu. Grant (Dalton, patron de l’équipe) dirait là où il en est mais, moi, je ne me permettrais pas.”

Source. www.americascup.com/fr

Autre informations :  www.emiratesteamnz.com  / www.sail-world.com

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.